Le crowdlending, nouvelle méthode de financement pour les TPE/ PME

Depuis le 1er octobre 2014, une nouvelle méthode de financement est apparue, le crowdlending. Cette méthode de financement ne cesse de séduire les particuliers en France. Qu’est-ce que le crowdlending ? Réponse…

Le crowdlending, c’est quoi ?

le crowdlending, que l’on traduit par « prêt participatif », est une méthode innovante et alternative de financement.
Le concept est simple et citoyen : les particuliers financent les entreprises sans intermédiaire institutionnel.
Le processus est simple et rapide :

  • La plateforme sélectionne des PME après une analyse de leur santé financière et de leur besoin.
  • Un taux d’intérêt est attribué au projet par la plateforme de crowdlending en fonction du risque.
  • Les particuliers sélectionnent l’entreprise à laquelle ils désirent prêter de l’argent.
  • Ils fixent le montant qu’ils souhaitent prêter.
  • La société rembourse mensuellement la somme prêtée plus intérêts.

Est-ce la même chose que le crowdfunding ?

15

En réalité, le crowdlending est l’une des méthodes de financement rassemblées sous la bannière du crowdfunding. Également appelé financement participatif, ce dernier peut prendre trois formes différentes :

  • Le don : le particulier apporte de l’argent à un projet sans contrepartie financière (généralement un cadeau est attribué aux contributeurs selon le montant donné).
  • L’equity : le prêteur prend une participation au sein de l’entreprise et devient actionnaire de celle-ci.
  • Et pour finir, le crowdlending que nous avons abordé précédemment.

Les avantages du crowdlending pour les entreprises

Le crowdlending permet de simplifier l’accès au crédit pour les TPE et PME françaises. En effet, il permet de trouver un investissement rapidement (sous 30 jours seulement). Il est aussi plus flexible que le financement bancaire, l’entreprise peut choisir exactement le montant emprunté, les délais de remboursement,…

Enfin, le crowdlending permet aux entreprises qui « ne répondent pas aux critères de la banque » d’avoir accès au crédit. En général, il s’agit souvent de prêts avec des montants sont trop faibles (souvent inférieurs à 50 000€) ou servant à financer des investissements non pris en compte ou mal compris par les banques, et pourtant stratégique pour une PME (campagne marketing, recrutement, développement d’un site internet…).

Attention, les exigences de sérieux sont similaires voire supérieures à celles des banques. En effet, les experts des plateformes regardent à la fois la situation financière mais aussi le sérieux des dirigeants et du projet en lui-même.

Prêt participatif : un investissement de plus en plus porteur

14

Depuis la publication d’un décret mettant un terme au monopole des établissements bancaires concernant le prêt aux PME en septembre 2014, le crowdlending n’a cessé de progresser. Selon Finance Participative France, les sites de prêt participatif ont vu leurs montants collectés doubler en un an : de 88,4 à 196,3 millions d’euros. Preuve s’il en est que l’engouement des Français pour cette solution d’investissement est bien réel. Depuis le lancement du crowdfunding en France, ce sont d’ailleurs 2,3 millions de Français qui ont soutenu un projet (tout type de crowdfunding réuni). Mais c’est un sondage de l’Institut Think, paru en 2015, qui permet de mieux discerner le potentiel des prêts aux PME en France. Selon celui-ci, 10% des Français sont « certains » de prêter de l’argent via une plateforme de prêts rémunérés. Cela représenterait 5,1 millions de personnes et 16 milliards d’euros investis. Les nombreux avantages de cette méthode d’investissement expliquent sans aucun doute ces résultats.
Pour mieux anticiper encore les évolutions futures du crowdlending en France, direction le Royaume-Uni. En 2010, une société de prêt participatif y voit le jour : Funding Circle. Elle a déjà convaincu plus de 47 000 investisseurs et collecté 1,171,756,620 de livres sterling. Véritable booster de l’économie des PME outre-Manche, Funding Circle a même vu le gouvernement britannique investir la somme de 40 millions de livres dans plusieurs PME via sa plateforme. En 2015, Funding Circle était d’ailleurs devenu le cinquième organisme de prêt pour les PME du pays. Au vu de ces éléments et lorsque l’on sait que le Royaume-Uni a été l’un des précurseurs en matière de crowdlending, cela augure de beaux jours pour les prêts aux PME en France.

Bolden, une plateforme de crowdlending proche des TPE/PME françaises13

Bolden est une des meilleurs plateformes de financement participative en France. A ce jour, presque 340 000€ euros ont été prêtés sur cette plateforme et ce n’est qu’un début.
Bolden met tout en œuvre pour faciliter l’accès au crédit aux TPE/PME françaises. Chaque dossier est traité avec soin en fonction des analyses financières mais aussi du projet et de l’expérience de l’entrepreneur. Bolden s’inscrit probablement comme la plateforme ayant le meilleur service client du marché. Tristan Grué, fondateur et CEO de Bolden est un véritable expert de l’investissement. Anciennement co-gérant de fonds d’investissement chez RBS Asset Management, puis directeur Associé, gérant d’investissement chez Barclays, il a 180 projets financés à son actif et ne compte pas en rester là. Avec Bolden, il veut donner un nouveau visage au crédit, grâce au crowdlending.
Si vous souhaitez faire une demande de prêt, c’est très simple :
Testez votre éligibilité en moins de 2 minutes.
Si votre dossier est accepté, des analystes vont ensuite traiter votre dossier de financement dans les meilleurs délais. Sachez tout de même qu’il existe quelques prérequis pour faire appel à Bolden :

  • 3 exercices cloturés ou plus
  • Un chiffre d’affaires supérieur à 100 000 €

Si vous souhaitez commencer l’expérience, rendez-vous dès maintenant sur Bolden

12Article en collaboration avec Bolden. Rédaction : Joel Gaudeul

Joël est l’expert Marketing de Bolden, il définit les stratégies d’acquisition et de rétention et met ses compétences à disposition des PME dynamiques qui font confiance à Bolden. Diplômé de l’ESSEC et de l’ESC Rouen, il travaille depuis plus de dix ans dans des sociétés impliquées dans les nouvelles technologies, de la téléphonie mobile, aux logiciels RH en passant par le jeu vidéo et le Mobile.