France Barter marche sagement dans les pas du WIR

Mardi 26 mai, Finance Innovation, pôle de compétitivité mondial sur l’industrie et les métiers de la Finance, a lancé sa série de webinars dédiés aux fintechs proposant des solutions aux entreprises pour faire face à la crise sanitaire et économique du COVID.

Nous avons pu, lors de ce webinar consacré au Barter, présenter la coopérative France Barter mais ce fut également l’occasion pour certains de découvrir le précurseur de l’échange inter-entreprises : la banque suisse WIR dont nous avons déjà parlé dans ce blog. 

(Cf : //blog.francebarter.coop/rencontre-avec-la-banque-wir-et-sa-communaute/ et //blog.francebarter.coop/france-barter-le-systeme-wir-a-la-francaise/)

Que retenir de ce webinar ?

Chaque structure a présenté son fonctionnement et comment elle permet de faire des échanges inter-entreprises : la solution idéale pour éviter les sorties de trésorerie.  

La banque WIR, représentée par Antoine Berger, est pionnière dans les opérations d’échange inter-entreprises. Elle opère en Suisse depuis 1934 et compte plus de 300 collaborateurs. Le réseau compte plus de 30000 entreprises membres. C’est le réseau d’échanges BtoB des plus aboutis au monde qui dispose d’un vrai poids économique dans ce petit pays qu’est la Suisse. Nous avons la chance de pouvoir échanger avec eux régulièrement depuis 2015 afin de prendre de bons conseils, s’inspirer et contruire efficacement notre réseau en France. 

La startup France Barter, présentée par Arthur Bard et Samuel Cohen. Créée en 2014, elle a vocation à développer les échanges inter-entreprises en France. Le réseau compte désormais plus de 1500 membres et nous ne comptons pas nous arrêter là… Nous avons présenté le fonctionnement de la plateforme ainsi que des opérations d’échanges possibles sur le réseau. Egalement, présenter le Barter comme un outil au service de l’économie locale permettant aux entreprises de collaborer efficacement et au barter de garder la valeur au sein du réseau : en effet, cette unité de compte n’est pas convertible et il ne sert à rien de ‘stocker’ ou ‘thésauriser’ des barter donc il s’agit d’un instrument d’échanges qui a vocation à circuler au maximum.

Antoine, Samuel et Arthur ont répondu aux nombreuses questions qui prouvent le réel intérêt des entreprises et des institutionnels (groupes financiers et organismes publiques) pour les solutions et les enjeux présentés. Un intérêt pour cette solution dans le contexte actuel de crise et d’incertitudes qui s’est confirmé avec l’arrivée de plus de 100 entreprises sur le réseau France Barter le mois dernier.

Pour revoir le webinar : 

Version complète :  //www.youtube.com/watch?v=NzJrfFb16Tk&feature=youtu.be

Version courte :  //www.youtube.com/watch?v=vyWUVTFcmKc&feature=youtu.be